Greater Action Needed to Reduce Numbers, Allocate Food Funds, Improve Hygiene

The main entrance at Makala, Kinshasa’s central prison, in the Democratic Republic of Congo.
The main entrance at Makala, Kinshasa’s central prison, in the Democratic Republic of Congo. © 2020 John Bompengo/Radio Okapi

(Kinshasa) – The Democratic Republic of Congo’s overcrowded and unsanitary prisons are at grave risk of Covid-19 outbreaks that threaten the health and lives of detainees, guards, and the broader population, Human Rights Watch said today.

Since March 21, 2020, magistrates have released just over 2,000 pretrial detainees and prisoners detained for low-level offenses to reduce the country’s prison populations, according to the United Nations peacekeeping mission, MONUSCO. However, many more of the estimated 71 percent of detainees who have not been convicted of any crime or are awaiting trial should urgently be released, and those newly arrested for nonviolent or minor offenses should not be detained.

“Congo’s government needs to take bolder steps to prevent a major crisis in overcrowded prisons and jails,” said Lewis Mudge, Central Africa director at Human Rights Watch. “It has inherited a prison system that has been neglected for decades and, with Covid-19 at the prison gates, the clock is ticking before a potential crisis unfolds.”

The Congolese government should quickly provide allocated funds to prisons and ensure that they provide inmates adequate food and medical care. The authorities should improve basic hygiene and sanitation, allow detainees’ families to safely deliver much-needed food parcels, and ensure access to legal counsel.

Congo’s main prisons are at 432 percent of capacity, according to MONUSCO, making them some of the most overcrowded in the world. Prisons in the eastern cities of Goma and Uvira are over 600 percent capacity, while Kinshasa’s central prison, known as Makala, is at 461 percent, with hundreds of inmates crammed in together and no beds.

“In the wing I was at until a few days ago, there were at least 850 of us in a space with a capacity of 100 people,” a detainee told Human Rights Watch. “No one can even find a meter of space to sleep, and the situation is worse in some of the other wings. If the coronavirus reaches Makala, there will be no one left.”

“The prisoners sleep together packed like sardines in a can” in almost every wing, a prisoner at Kinshasa’s central prison told Human Rights Watch
“The prisoners sleep together packed like sardines in a can” in almost every wing, a prisoner at Kinshasa’s central prison told Human Rights Watch. Photos taken in March 2020. © 2020 Private

Although internationally recommended to prevent transmission of Covid-19, it is not feasible in Congo’s prisons to impose “social distancing” – allowing two meters of separation at all times among detainees and staff, including during meals and within cells. This reinforces the need for the authorities to immediately reduce prison populations.

People in pretrial detention for low-level or nonviolent offenses should be released immediately. Older people, pregnant women and girls, people with disabilities, and people with compromised immunity or chronic conditions that place them at greater risk of Covid-19 complications, such as heart and lung disease, diabetes, or HIV, should also be prioritized for release, Human Rights Watch said.

It is critical to keep transfers from police custody to prisons to a minimum, Human Rights Watch said. Dozens of new detainees are brought in weekly according to UN sources and prisoners. “They [new detainees] arrive in groups and mix among us,” a Makala detainee said. “But we have no idea whether they have been tested – I don’t think they have.” It is not clear whether new detainees are being screened for fever and other symptoms. Clean isolation units that are not punitive should be set up for suspected Covid-19 cases.

On April 2, the justice minister banned deliveries of outside parcels and meals from relatives, the only source of food for most detainees, to mitigate the risks of Covid-19 entering the facilities. Detainees from several Congolese prisons and jails said that the measure has not been enforced since most prison directors recognize the necessity of this support.

In Kinshasa, on April 4, dozens of people camped outside Makala in protest when prison officials attempted to enforce the ban, some throwing rocks at the prison guards, detainees said. “Luckily, they have backtracked on enforcing the ban,” said one detainee. “Otherwise we wouldn’t be dying of the coronavirus but of hunger.”

Detainees prepare food in a courtyard in Makala prison, Kinshasa, Democratic Republic of Congo, in March 2020.
Detainees prepare food in a courtyard in Makala prison, Kinshasa, Democratic Republic of Congo, in March 2020. © 2020 Private

Covid-19 is primarily transmitted through close and prolonged contact between people and there is very limited evidence that food is a source of transmission. Bans on outside food and meals do not appear to serve the legitimate end of protecting prisoners’ health. While there are some risks that containers could be contaminated with the disease, this could easily be mitigated by disinfecting the parcels according to best practices.

Malnutrition and related illness have long resulted in inmate deaths in Congo’s prisons and jails. At best, detainees get one meal a day, in part because food portions are budgeted according to prisons’ capacity rather than their real populations. Between April 9 and 13, five inmates reportedly died “because of lack of food” in Matadi jail, in the southwest.

In the western town of Mbandaka, the prison rarely supplies food: “Catholic nuns come twice a week and feed us with beans and cassava balls,” a detainee said. “We don’t know which days the prison will serve food, we eat thanks to what’s coming from the outside.”

Inside the prison of Mbandaka, western Democratic Republic of Congo, in early April 2020.
Inside the prison of Mbandaka, western Democratic Republic of Congo, in early April 2020. © 2020 Private

Since January, prison administrations across the country have had to buy food and essential supplies on credit because government funds have not been received. At least 40 inmates died of hunger in Makala in January and another 20 in February, according to MONUSCO. The prison’s coffers had been empty for several months and prisoners were not fed.

On April 2, the justice minister banned lawyers from visiting their clients. The government should find safe alternatives to ensure that the rights of all detainees are protected amid restrictions due to the Covid-19 crisis.

The UN High Commissioner for Human Rights, Michelle Bachelet, on March 25, urged governments to reduce prison populations, stating that “Measures taken amid a health crisis should not undermine the fundamental rights of detained people, including their rights to adequate food and water. Safeguards against ill-treatment of people in custody, including access to a lawyer and to doctors, should also be fully respected.”

The authorities have erected handwashing stations in some detention centers across Congo, but accounts from detainees suggest that access to water and clean sanitation remains a major issue. “There is no water at all here – our families bring us potable water,” said a detainee from Mbandaka prison. “There is no handwashing station here and the toilets are filthy. We’re not just at risk of coronavirus contamination, we also fear other diseases, like cholera.”

In Munzenze prison, in Goma, a prisoner said the number of handwashing stations did not match the needs. In Makala, water is scarce as well. “In my wing, most taps are dry, only one gives us water but it works two to three hours a day,” one detainee said. “Imagine the number of people fighting to get a bit of it. We’re told to observe distancing rules these days, but can this be possible in such conditions?”

“The Congolese government has an international obligation to protect and medically treat the inmates who remain in detention,” Mudge said. “It should give prisons the means to prevent and respond to Covid-19 to protect inmates and staff while allowing detainees safe access to family and legal counsel.”


Covid-19 en RD Congo : risque de catastrophe dans les prisons

Il faut réduire davantage la population carcérale, débloquer les fonds pour la nourriture et améliorer l’hygiène

L’entrée principale de Makala, la prison centrale de Kinshasa, en RD Congo.
L’entrée principale de Makala, la prison centrale de Kinshasa, en RD Congo. © 2020 John Bompengo/Radio Okapi

(Kinshasa) – Les prisons surpeuplées et insalubres de la République démocratique du Congo présentent un grave risque de propagation de l’épidémie de Covid-19, menaçant la santé et la vie des détenus, des gardiens et de la population en général, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui.

Depuis le 21 mars 2020, les magistrats ont remis en liberté un peu plus de 2000 personnes en détention provisoire ou détenues pour des infractions mineures, afin de réduire la population carcérale du pays, selon la mission de maintien de la paix des Nations Unies, la MONUSCO. En RD Congo, environ 71% des détenus n’ont pas été reconnus coupables d’un crime ou sont toujours dans l’attente d’un procès. Les libérations devraient ainsi être multipliées d’urgence tandis que les personnes nouvellement arrêtées pour des infractions non violentes ou mineures ne devraient pas être incarcérées.

« Il est nécessaire que le gouvernement congolais prenne des mesures plus audacieuses pour éviter une crise majeure dans des prisons surpeuplées », a déclaré Lewis Mudge, directeur pour l’Afrique centrale à Human Rights Watch. « Il a hérité d’un système carcéral laissé à l’abandon pendant des décennies et maintenant que le Covid-19 est aux portes des prisons, le temps est compté avant le déclenchement d’une possible catastrophe. »

Le gouvernement congolais devrait rapidement décaisser les fonds alloués aux prisons et s’assurer qu’ils permettent d’offrir aux détenus une nourriture et des soins médicaux adéquats. Les conditions d’hygiène et d’assainissement devraient être améliorées, les familles des détenus autorisées à leur apporter de manière sécurisée des colis de nourriture dont ils dépendent, et les garanties judiciaires des détenus devraient être respectées.

Les prisons principales de la RD Congo affichent un taux de surcapacité moyen de 432%, selon la MONUSCO, ce qui les classe parmi les plus surpeuplées du monde. Les établissements pénitentiaires de Goma et Uvira, dans l’est du pays, sont à plus de 600% de leur capacité tandis que la prison centrale de Makala, à Kinshasa, l’est à 461%. Les détenus y sont entassés par centaines en cellules collectives et sans lits.

« Dans le pavillon où j’étais jusqu’à récemment, nous étions au moins 850 personnes dans un espace prévu pour 100 », a déclaré un détenu à Human Rights Watch. « Avec un tel nombre, quand il faut dormir, personne ne peut avoir plus d’un mètre carré d’espace, et c’est encore pire dans d’autres pavillons. Si le coronavirus atteint Makala, il n’y restera plus personne. »

« Les prisonniers dorment entrelacés comme des sardines dans une boîte de conserve » dans presque tous les pavillons, a déclaré un prisonnier de la prison centrale de Kinshasa à Human Rights Watch. Photos prises en mars 2020.
« Les prisonniers dorment entrelacés comme des sardines dans une boîte de conserve » dans presque tous les pavillons, a déclaré un prisonnier de la prison centrale de Kinshasa à Human Rights Watch. Photos prises en mars 2020. © 2020 Privé

Bien que mondialement recommandée pour empêcher la transmission du Covid-19, il est impossible d’imposer la « distanciation sociale » – soit deux mètres de séparation à tout moment parmi les détenus et parmi le personnel pénitentiaire, y compris pendant les repas et en cellules – dans les prisons congolaises. Ceci renforce la nécessité de réduire immédiatement la population carcérale.

Les personnes en détention provisoire pour des infractions mineures ou non violentes devraient être immédiatement remises en liberté. Les personnes âgées, les femmes et filles enceintes, les personnes handicapées et celles dont le système immunitaire est compromis ou qui sont atteintes de maladies chroniques qui les exposent à un risque plus élevé de complications dues au Covid-19, telles que les maladies cardiaques ou pulmonaires, le diabète ou le sida, devraient également être libérées en priorité, a affirmé Human Rights Watch.

Il est essentiel de limiter au maximum les transferts entre la garde à vue dans un commissariat et la prison, a ajouté Human Rights Watch. Des dizaines de nouveaux détenus sont amenés chaque semaine en prison, selon des sources onusiennes et des prisonniers. « Ils [les nouveaux détenus] arrivent en groupes et se mêlent à nous », a déclaré un détenu de Makala. « Mais nous ne savons absolument pas s’ils ont été testés – je ne pense pas qu’ils l’aient été. » On ne peut dire avec certitude si les nouveaux détenus sont examinés pour déterminer s’ils ont de la fièvre ou d’autres symptômes. Des lieux d’isolement propres et qui ne soient pas punitifs devraient être aménagés pour les cas suspects de Covid-19.

Le 2 avril, le ministre de la Justice a interdit les livraisons de colis et de repas provenant des proches des détenus, pourtant la seule source de nourriture pour la plupart d’entre eux, afin de minimiser les risques d’importer le virus au sein des établissements. Des détenus de plusieurs prisons du pays ont affirmé que cette mesure n’avait pas été appliquée car la plupart des directions en place reconnaissent la nécessité de ce soutien.

À Kinshasa, le 4 avril, des dizaines de personnes ont passé la nuit devant Makala en signe de protestation lorsque la direction a tenté d’appliquer la mesure. Les gardiens ont essuyé des jets de pierre, selon certains détenus. « Heureusement, ils ont levé cette mesure », a déclaré un détenu. « S’ils l’avaient maintenue, on n’allait pas mourir du coronavirus, mais de faim. »

Des détenus préparent à manger dans une cour de la prison de Makala, à Kinshasa, en RD Congo, en mars 2020.
Des détenus préparent à manger dans une cour de la prison de Makala, à Kinshasa, en RD Congo, en mars 2020. © 2020 Privé

Le Covid-19 se transmet principalement par contact rapproché et prolongé entre individus et rien ne prouve que la nourriture est un vecteur de transmission. L’interdiction des colis de nourriture ne semble ainsi pas répondre au souci légitime de protéger la santé des détenus. Même s’il existe un risque que les récipients soient contaminés, il peut être facilement réduit en les désinfectant.

La malnutrition et les maladies qui y sont liées sont depuis longtemps la cause de décès de détenus dans les prisons congolaises. Les détenus reçoivent au mieux un repas par jour, ce qui est dû en partie au fait que les portions alimentaires sont budgétées en fonction de la capacité des prisons et non pas de leur population réelle. Entre le 9 et le 13 avril, cinq détenus seraient morts « par manque de nourriture » dans la prison de Matadi, dans le sud-ouest du pays.

À Mbandaka, une ville de l’ouest, la prison ne fournit que rarement de la nourriture : « Des sœurs catholiques viennent deux fois par semaine et nous servent des haricots et des boules de manioc », a indiqué un détenu. « Nous ne savons jamais quand la prison nous donnera à manger, la plupart d’entre nous sommes alimentés par ce qui arrive de l’extérieur. »

À l’intérieur de la prison de Mbandaka, dans l’ouest de la RD Congo, au début du mois d’avril 2020.
À l’intérieur de la prison de Mbandaka, dans l’ouest de la RD Congo, au début du mois d’avril 2020. © 2020 Privé

Depuis janvier, toutes les administrations pénitentiaires ont dû acheter de la nourriture et des produits essentiels à crédit car les fonds du gouvernement n’ont pas été décaissés. Au moins 40 détenus sont morts de faim à Makala en janvier et 20 autres en février, selon la MONUSCO. Les caisses de la prison étaient vides depuis plusieurs mois et les détenus n’étaient pas nourris.

Le 2 avril, le ministre de la Justice a suspendu les visites d’avocats à leurs clients en détention. Le gouvernement devrait mettre en place une solution alternative sécurisée afin que les droits de tous les détenus soient protégés dans le contexte des restrictions dues à la crise du Covid-19.

Le 25 mars, la Haute-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a exhorté les gouvernements à réduire les populations carcérales, affirmant que « les mesures prises durant une crise sanitaire ne devraient pas porter atteinte aux droits fondamentaux des personnes détenues, y compris leurs droits à l’eau et à une alimentation adéquate. Les garanties contre les mauvais traitements sur des personnes en garde à vue, notamment l’accès à un avocat et à un médecin, devraient également être pleinement respectées. »

Les autorités ont installé des points de lavage des mains dans certains centres de détention du pays mais selon les témoignages de détenus, l’accès à l’eau et à des installations sanitaires propres demeure un gros problème. « La prison n’est pas alimentée en eau – ce sont nos familles qui nous apportent de l’eau potable », a déclaré un détenu de la prison de Mbandaka. « Nous n’avons pas de lave-mains et les toilettes ne sont pas entretenues. Nous ne redoutons pas seulement le coronavirus mais aussi d’autres maladies, comme le choléra. »

À la prison de Munzenze, à Goma, un détenu a déclaré que le nombre de points d’eau pour le lavage des mains ne correspondait pas aux besoins. À Makala, l’eau est également rare. « Dans mon pavillon, il y a des robinets un peu partout mais l’eau ne coule pas. On a un seul robinet qui coule mais il ne fonctionne que deux ou trois heures par jour », a déclaré un détenu. « Vous pouvez imaginer comment les gens se disputent pour puiser l’eau. On nous dit que cette situation exige certaines distances à respecter, mais est-ce possible dans de telles conditions ? »

« Selon le droit international, le gouvernement congolais a l’obligation de protéger et de prodiguer des soins médicaux à tous les détenus », a affirmé Lewis Mudge. « Il devrait doter les prisons des moyens nécessaires de prévention et de lutte contre l’épidémie de Covid-19 afin de protéger les détenus et le personnel pénitentiaire, tout en garantissant le lien familial aux prisonniers ainsi que leur droit de communiquer avec un avocat. »

Jenny DAKOSTA VAN MPUTU

Directeur Exécutif National

Human Rights Activist-Founder and National Executive Director of ‘No Impunity for the Congolese State’ (NICS) – Human Rights Organisation. 

Address: C/O RAPAR. 6 Mount Street, Manchester M2 5NS.

Email:nicsorganisationhrdc@yahoo.com

Email:jennydaostavanmputu@yahoo.com

Phone: 00447405082590 / 00447490875889

www.jennydakostavanmputu.co.uk

Categories: Uncategorized

0 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *